Le leader mondial du renseignement numérique offre ses connaissances et son expertise, afin d’établir une norme mondiale d’interopérabilité pour les solutions d’investigation forensique numérique qui favorisent la collaboration et le partage d’informations.

Petah Tikvah, IL – 7 février 2018 – Cellebrite, le plus grand fournisseur de solutions d’investigation numérique, a dévoilé aujourd’hui les modalités de son rôle de leader pour l’établissement d’une norme mondiale d’interopérabilité pour le partage d’informations d’investigation forensique numérique. En collaboration avec des organisations appelées à participer, telles que le Centre de la cybercriminalité du Département de la défense des États-Unis (DC3), le NIST, le Centre européen de la cybercriminalité  d’Europol (EC3), l’Université de Lausanne, des gouvernements et des services de police du monde entier, des entreprises du secteur et des institutions universitaires, Cellebrite partage ses connaissances approfondies et son expertise technique, afin de définir les éléments clefs d’une norme mondiale collective, appelée Expression standard d’analyse d’investigation numérique (CASE).

L’objectif principal étant de permettre l’échange de données d’investigation sensibles entre systèmes et agences, la communauté mondiale d’experts en cyber-enquêtes et en investigation numérique appelle à la création d’un langage de spécification ouvert, élaboré conjointement. Il permettra aux enquêteurs de partager des données de manière transparente, simplifiant et rationalisant ainsi le processus d’enquête. CASE est une initiative commune visant à définir une norme unifiée favorisant des échanges de données transparents.

Engagé dans sa mission pour un monde plus sûr, Cellebrite joue un rôle de premier plan en développant les composantes de la norme CASE relative aux données mobiles. Elle a créé un groupe de travail collaboratif avec les plus grandes entreprises d’investigation forensique. La norme CASE couvre un large éventail de types de cyber-enquêtes, notamment les interventions en cas d’incidents et le contre-terrorisme et Cellebrite s’appuiera sur sa vaste expertise pour élaborer et améliorer cette norme. L’entreprise fournira ainsi des recommandations à la communauté participante concernant les spécifications de la norme, relatifs aux systèmes et aux solutions d’investigation numérique. Le groupe de travail dirigé par Cellebrite facilitera la création de moyens techniques permettant de partager des données entre plateformes, en échangeant pour ce faire des informations et en concluant des accords de collaboration relatifs aux détails techniques.

Les données numériques jouant un rôle de plus en plus important dans de nombreux types d’enquêtes et d’opérations, nos utilisateurs du monde entier, notamment les gouvernements et les forces de l’ordre, doivent pouvoir collaborer de manière transparente. Il est facile de partager des renseignements numériques grâce à une solution logicielle adaptée, telle que la plate-forme UFED, leader du secteur. Cependant, la collaboration entre divers outils technologiques nécessite du temps et des ressources techniques. Le manque d’interopérabilité entre les plateformes d’investigation numérique est particulièrement problématique pour les délits tels que le terrorisme, le trafic et la contrebande, car ils impliquent plusieurs agences et pays, ou nécessitent que des données d’enquêtes soient collectées auprès d’un large éventail de sources.

« En tant que leader mondial des solutions d’investigation numérique, Cellebrite a une connaissance approfondie des données numériques — comment l’information est obtenue, analysée et partagée par les enquêteurs — et nous reconnaissons l’importance croissante d’une interopérabilité transparente entre les plateformes d’investigation numérique et leurs utilisateurs », a déclaré Ron Serber, Co-PDG Mondial de Cellebrite. « Dotée des meilleurs techniciens du secteur et d’une compréhension optimale des données numériques, l’équipe de Cellebrite s’est engagée à créer un monde plus sûr. Nous vaincrons les obstacles à la collaboration, en permettant à nos clients de rationaliser leurs enquêtes en échangeant des données grâce à nos solutions et à nos outils. »

« Les forces de l’ordre dans leur ensemble sont confrontées à un défi de taille posé par les preuves numériques. Pour Europol/EC3, notre capacité à résoudre les crimes dépend de plus en plus de la collaboration avec d’autres agences, en partageant des informations à travers de nombreuses frontières géographiques et techniques », a déclaré Jean-Dominique Nollet, responsable du laboratoire forensique d’Europol. « Même si le processus d’élaboration de normes est souvent un défi complexe, nous apprécions les efforts des dirigeants du secteur, des universitaires et des responsables impliqués, car une norme d’interopérabilité mondiale viable pour le partage d’informations d’investigation numérique sera profitable à tous. »