Les forces de l’ordre se retrouvent aujourd’hui à un moment critique.Toutes font face à des difficultés croissantes liées à la complexité de la criminalité au 21ème siècle. Parallèlement, elles doivent également rétablir la confiance du public à leur égard. Avec des appels lancés pour réduire les financements des forces de l’ordre, ces crises frappent la police au cœur. En effet, les forces de l’ordre font face à une multitude de défis et de pressions.

Les objectifs principaux des forces de l’ordre – protéger les populations, maintenir l’ordre public et la sécurité, résoudre les crimes et traduire les criminels en justice – deviennent de plus en plus difficiles à atteindre ; car ces forces de l’ordre peinent à obtenir des informations clés en raison de l’augmentation exponentielle des sources numériques.

Les forces de l’ordre se trouvent à des niveaux de maturité numérique très différents. Contrairement aux idées reçues, de nombreux services de police n’ont pas un mode de fonctionnement qui ressemble à celui présenté dans les séries télé de type Les Experts. Pour de nombreux services, les opérations quotidiennes et le workflow restent en grande partie manuels, déconnectés et même archaïques.

Une nouvelle cybercriminalité, des difficultés à faire confiance aux informations numériques en raison de la montée de la désinformation, et un « techlash » grandissant contre des solutions technologiques innovantes comme l’intelligence artificielle (IA) et la reconnaissance faciale ne font que compliquer davantage cette situation. Et pour couronner le tout, il y a le COVID-19.

Si la période actuelle est extrêmement difficile pour les services de police, elle offre également la possibilité de réinventer – de ré-imaginer – un nouveau cadre de police numérique. Pour entamer ce processus, il est nécessaire de se poser une série de questions difficiles :

  • A quoi devra ressembler le travail de la police en 2025 ?
  • Comment les forces de l’ordre peuvent-elles mieux démontrer leur valeur à la population ?
  • Comment peuvent-elles également montrer le ROI que l’investissement en technologies peut apporter à la population ?
  • Comment un nuage convergent de défis peut-il être transformé en une myriade d’opportunités ?
  • Que faut-il maintenant pour concrétiser cette vision ?

A quoi devra ressembler le travail de la police en 2025 ?

Le travail de la police doit être éthique, fiable, transparent et inclusif. Les technologies opérationnelles de base, intégrant de plus en plus l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique (ML) – doivent susciter la confiance numérique. Pour ce faire, le workflow doit être vérifiable et traçable pour s’assurer qu’il est déployé de manière éthique. Et il faut absolument qu’il soit sécurisé. En 2025, les enquêtes de la police devront être basées sur des preuves, sur les données et sur une administration équitable de la justice.

Avec l’adoption généralisée de ce que IDC appelle des « accélérateurs d’innovation », à savoir les bots, les drones, les médias sociaux, la réalité augmentée ou virtuelle (AR/VR), les caméras corporelles ou l’internet des objets (IoT), il est devenu évident que les forces de l’ordre doivent exploiter des capacités avancées pour donner un sens à un environnement numérique en constante évolution.

Pour gérer cette avalanche de données, la police devra en 2025 exploiter les plateformes d’intelligence numérique et les infrastructures de base de nouvelle génération – des plateformes agiles, réactives et évolutives qui permettent la détection en temps réel, le traitement et le partage de larges volumes de données. Les plateformes d’intelligence numérique devront intégrer des ensembles de données hétérogènes avec des systèmes, services et fonctionnalités internes.

Les solutions de plateforme d’intelligence numérique sont de plus en plus déployées pour réorganiser des systèmes défaillants et des workflows archaïques. L’adoption de technologies émergentes devrait augmenter la prise de conscience de la situation, et permettre aux organisations de tirer des conclusions plus rapidement.

« L’omniconnectivité » des appareils IoT, la création de contenus sur les réseaux sociaux et l’alimentation des données en temps réel sur les smartphones transformeront les enquêtes criminelles et le besoin de gérer un partage sécurisé d’informations entre juridictions. Cela donnera par la suite lieu à des modèles et des méthodes de collecte de renseignements plus décentralisés mais pouvant être unifiés. Les services de police sont entrés dans une ère de perturbation, de transformation et de digitalisation numérique intense.

Que devraient faire les organisations aujourd’hui pour concrétiser cette vision ?

Tout d’abord, avoir une compréhension de base très claire de vos  capacités numériques. Privilégier les cas d’utilisation critique pour votre organisation et votre emplacement géographique. Comprendre comment les plateformes d’intelligence numérique unifient de manière cohérente des sources de données disparates, permettant aux organisations de passer plus rapidement de l’information à la connaissance.

Se concentrer sur des accélérateurs comme l’intelligence artificielle et les analytics d’anticipation. Comprendre les facteurs clés d’une mise en œuvre réussie. Enfin, tenez compte de vos collaborateurs. Comme une grande partie de la main-d’œuvre post-pandémique, le personnel des services de police devra apprendre de nouvelles compétences dans un monde qui aura profondément changé.

IDC a écrit un livre blanc qui explore ce que sera le travail de la police en 2025. Télécharger le livre blanc « Policing 2025: Envisioning a New Framework for Investigations».

Alison Brooks – PH.D, est Vice-Présidente recherche, villes et collectivités intelligentes – Sécurité publique. Le docteur Alison Brooks est spécialisé dans la recherche en matière de sécurité publique pour le programme mondial de stratégies pour des villes intelligentes (« Smart Cities Strategies ») chez IDC. Mme Brooks a occupé divers postes à responsabilité chez IDC au cours des 15 dernières années, principalement axés sur l’adoption de technologies de niche pour la sécurité publique.

Le docteur Les recherches de Mme Brooks sont centrées sur la transformation numérique de la sécurité publique au sein des villes intelligentes. TSes recherches portent sur la gestion des preuves numériques, les services de police axés sur le renseignement, les centres de criminalité en temps réel, les analyses et visualisation avancées et les solutions mobiles de lutte contre la criminalité.

Share this post