Un « meurtre par minute ». CBS a ainsi établi le taux d’homicides mondial en 2002.

En 2017, selon The Guardian, 385 000 homicides ont été commis, ce qui signifie que le taux de meurtres a augmenté dans le monde pour la première fois depuis plus de 10 ans. De nombreuses raisons peuvent être à l’origine de cette augmentation du nombre d’homicides : l’augmentation de la population mondiale, les différences raciales et culturelles ou les inégalités de revenus, ce qui affecte le respect de soi.

Compte tenu de la charge de travail que représente la résolution des homicides dans le monde dans lequel nous vivons, où les ressources sont souvent limitées, les équipes d’enquêteurs savent très bien à quel point il est difficile de résoudre rapidement les affaires de meurtre, en particulier au cours des premières 48 heures, où la trouvaille d’un élément de preuve a plus de chance de conduire à une arrestation.

Les témoins peuvent ne pas vouloir se manifester, il est possible que la victime ne soit pas retrouvée ou même identifiée dans les 48 heures qui suivent son meurtre, et vos pistes risquent de se refroidir. Les solutions d’investigation numérique (le déverrouillage, l’extraction, le décodage et l’analyse de données numériques) sont désormais incontournables pour les forces de l’ordre. P. Michael Murphy nous explique l’importance des renseignements numériques dans de tels cas et pourquoi le temps des enquêteurs est compté.

Découvrez comment l’intelligence numérique a joué un rôle clé dans la résolution d’une affaire de suicide classée. En effet, les données déverrouillées, extraites et décodées d’un dispositif numérique ont conduit à la condamnation du véritable meurtrier. Téléchargement de l’étude de cas : « Des SMS supprimés aident à résoudre une affaire d’homicide »

Il est extrêmement bénéfique de disposer d’outils peu intrusifs sur le terrain qui permettent de collecter des données rapidement à partir du téléphone des témoins.

Compte tenu de tout ce qui doit être fait dans un très court laps de temps, une première étape critique, mais difficile consiste à créer un rapport initial pour obtenir des informations importantes sur le défunt:

  • Identifier le nom de la victime
  • Décrire les actions de la victime
  • Contrôler les lieux visités par la victime
  • Chercher à savoir qui sont la famille et les amis de la victime

La triste réalité: Trop de données et pas assez de temps


Compte tenu de la récente augmentation du nombre d’homicides, il n’est pas étonnant que le pourcentage d’affaires de meurtres résolus diminue. Un article en ligne de
WBEZ News révèle la réalité troublante à laquelle sont confrontées les forces de l’ordre américaines : « L’année dernière, le service de police de Chicago a résolu moins d’un meurtre sur cinq, soit le taux le plus bas depuis au moins un demi-siècle… sur 763 meurtres commis en 2016, le département n’a arrêté que 151 meurtriers (19,8 %). »
 
Même avec l’avancée des technologies de résolution des crimes, les forces de l’ordre doivent faire face à une variété de nouveaux défis techniques pour résoudre plus rapidement les affaires d’homicide:
 
· Accéder aux dispositifs mobiles verrouillés: 70 % des appareils qui parviennent au laboratoire criminel sont verrouillés et beaucoup sont chiffrés. L’accès aux données prend du temps et cet exercice se révèle quasiment impossible sans disposer des bons outils.
 
· Surcharge de données: Il est difficile de parcourir des volumes importants de données disparates pour sélectionner les informations pertinentes et exploitables. Les preuves s’accumulent et les investigations peuvent prendre des mois, voire des années, pire encore, elles peuvent juste rester inaperçues et ne jamais être trouvées.
 
· Manque de ressources: Le processus d’analyse et de corrélation des données pertinentes requiert souvent beaucoup de travail et les extractions manuelles requièrent beaucoup de temps et de main-d’œuvre. Étant donné les problèmes de ressources auxquels doivent déjà faire face les organismes, cela peut constituer un réel problème.
 
Heureusement, les forces de l’ordre ont adopté les nombreux outils d’investigation numérique très sophistiqués utilisés par les organismes du monde entier pour lutter contre l’augmentation du nombre d’homicides. Munis de bons outils, ils peuvent arrêter plus de meurtriers, plus rapidement et protéger leur communauté.
 
Ce cas concret démontre à quel point l’accès aux données et la détection des preuves numériques les plus pertinentes peuvent avoir une valeur inestimable dans la résolution d’un homicide. Téléchargement de l’étude de cas : « Les preuves numériques déverrouillées se révèlent être des éléments clés de cette affaire d’homicide »
 

Les solutions d’un nouvel âge de la résolution de crimes

Cellebrite a toujours été à l’avant-garde de l’innovation forensique. Depuis notre arrivée sur le marché, plus de 60 000 licences ont été déployées à travers 150 pays. Cellebrite est donc le leader incontestable du marché mondial.
 

Les solutions d’investigation numérique de Cellebrite proposent aux enquêteurs, aux analystes et aux procureurs les outils nécessaires pour:
 
· Monter un dossier rapidement
· Trouver et partager des renseignements exploitables
· Mettre en place des procédures pénales en toute confiance
 
Comment les outils de Cellebrite peuvent vous aider
Chaque solution proposée par Cellebrite est conçue pour accélérer vos processus d’investigation, du moment où les premiers intervenants arrivent sur les lieux du crime jusqu’au jour où les arguments finaux du procureur aboutissent à une condamnation. Découvrez notre gamme de solutions complète dans notre catalogue.
 
Rassemblez les données mobiles
De nos jours, tous les témoins ont un téléphone mobile et il y a de fortes chances qu’ils disposent d’un compte-rendu graphique (audio, vidéo ou images) du crime. Les premiers intervenants et les analystes peuvent utiliser notre technologie Infield pour collecter des données mobiles techniquement fiables auprès des témoins sans avoir à prendre leur téléphone pendant des jours ou des semaines. Ils ne sont pas obligés de prendre des photos à partir de leur propre téléphone ni de les envoyer par courrier électronique, ce qui n’est pas du tout respectueux des normes forensiques.
 
Les analystes peuvent également extraire des données (de manière logique ou physique) du téléphone de la victime directement sur le lieu de l’incident, pour que le détective puisse concentrer son enquête sur les bons suspects.
 
Notre gamme de produits Advanced Services permet à votre analyste de collecter les données des victimes et témoins (avec un mandat légal, bien sûr). L’enquêteur pourra ainsi analyser les habitudes et relations de toutes les personnes impliquées (victime ou suspect), leur profil en ligne est en général une source d’information intéressante, surtout si vous pouvez croiser ces informations avec les données mobiles, IoT et celles des réseaux sociaux.
 
Une fois ces données extraites, les outils DI de Cellebrite permettent aux analystes de trier, filtrer, contrôler et accéder aux données instantanément et d’accélérer ainsi le processus de recherche de renseignements exploitables.
 

L’analyse des données

Les outils de Cellebrite Analytics permettent à l’enquêteur d’effectuer une analyse approfondie d’un ou de plusieurs ensembles de données (CDR, téléphones, dispositifs IoT, données cloud, etc.) pour établir des liens croisés et suivre les points de géolocalisation de différentes personnes sur la vue chronologique.
 
Vous pourrez ainsi déterminer qui sont les suspects, quel sont les lieux communs, les contacts mutuels, indexer des images et des vidéos pouvant démontrer des motivations, des points communs ou même des alibis (vous évitez ainsi de perdre votre temps avec un individu qui a un bon alibi).
 
Share this post